Se souvenir de RétroFutur

Le monde de Rétrofutur se base sur des années 1950 revisitées, les « twisted 50’s » où il n’existe plus d’États, mais seulement des agences bureaucratiques spécialisées gouvernant la vie des administrés dans ses moindres aspects.

Souvenez-vous, c’était en 2002… Multisim éditait un jeu de rôle pour le moins surprenant : Rétrofutur. Entre Science-fiction et polar Noire des années 1950, avec une bonne dose de paranormal, RétroFutur proposait de jouer des résistants dans un monde étrange et dangereux.

Le monde de RétroFutur

1952.

Deux ans déjà que Jean Moulin a lancé son appel des catacombes, l’acte qui marqua la naissance de la Résistance. Le mouvement s’est ensuite étendu à toutes les titanopoles, les zones urbaines à l’échelle des continents qui ont supplanté les anciennes divisions nationales. En effet, dans le monde des « twisted 50’s« , il n’existe plus de pays ni d’Etats, et les agences, des organismes bureaucratiques spécialisés, gouvernent tous les aspects de la vie des administrés. Les particularismes locaux ont quasiment disparu, ainsi que les dialectes nationaux, supplantés par la novlangue.

Rétrofutur

Ces transformations sont dues au contact, un siècle auparavant, de l’humanité avec les Etrangers, qui lui ont offert une nouvelle technologie pour pouvoir les accueillir.

Mais à côté de ce système huilé, des contre-pouvoirs puissants se sont développés : mafias, terroristes, marginaux et résistants.

Résistants qu’incarnent les joueurs, et qui combattent à la suite de Jean Moulin ou d’Einstein, les mensonges distillés par les agences. Ces héros évoluent dans cet univers urbain violent, oppressant, aliénant qui semblent également marqué par l’apparition de phénomènes paranormaux.

Le système

À la création, le joueur choisit la faction (Agences, Mafias, Terroristes, Egarés) et l’organisation (Agence de la Paix, Cosa Nostra, Brigade Atlantis, Rêveurs…) dont il est issu, et la raison qui l’a fait rejoindre la Résistance. Parallèlement à ce choix, le joueur a aussi la possibilité de faire de son personnage un non-A, un médium en prise avec le paranormal.

L’originalité vient du fait que les capacités du personnage sont représentées par des verbes et non des chiffres auxquels sont associés des domaines. Ainsi pour réussir une action, le joueur construit une phrase en essayant d’utiliser ses compétences et des domaines. On compare alors le nombre de mots pertinents utilisés à un niveau de difficulté, pour avoir le score à atteindre avec un D10.

Enfin l’Ubik, élément clé du système : c’est un récipient commun où les joueurs peuvent glisser des « substances morts » dans les situations où ils sont fragilisés. Le MJ a la possibilité de piocher de la substance mort et impose alors à un PJ une hallucination. L’Ubik mesure ainsi la dégradation de l’univers, et induit que les héros sont perdus dans la réalité.

Un suivi dense

A l’époque ça ne blaguait pas sur le suivi… En peu de mois les publications se sont enchainées :

La base :

  • Rétrofutur : le Livre de base (2002)
  • Ecran (2002)
  • Premières Résistances (Recueil de scénarios) (2003)

Suppléments de règles et de contexte en français :

  • Les Agences (2003)
  • Dossiers de la Résistance : Air America (2003)
  • Dossiers de la Résistance : Bluesky (2003)
  • Dossiers de la Résistance : Cuisine de Tante Michèle (2006)
  • Dossiers de la Résistance : Fournisseur (2003)
  • Dossiers de la Résistance : Légion (2003)
  • Dossiers de la Résistance : Némo (2003)
  • Dossiers de la Résistance : Verdad! (2003)
  • Dossiers de la Résistance : Whisper (2003)
  • Dossiers de la Résistance : Brume (2003)

Les romans

Opération UTOPIE

(Tristan Lhomme, Ed.Mnémos Univers) – 2003

Europole, 1952. Quelque part dans le bloc d’Admin-Manche 7, deux hommes et une femme se retrouvent pour l’Opération Utopie. Leur mission : faire évader un mystérieux prisonnier d’un asile très spécial… Mais dans ce monde des titanopoles, saturé par les médias et la surveillance, les agences contrôlent tout. Ou presque. Alors à qui se fier ? Aux résistants rencontrés sur le chemin, aux  » spéciaux « , ou aux autres membres du groupe ? Le temps presse pour les hommes de l’ombre. Saurez-vous attraper le dernier Transexpress pour l’Interzone ?

Europole – Guide de résistance dans la Titanopole…

(Jérôme Noirez, Illus. Aurélien Police, Ed.Mnémos) – 2013

Imaginez les années 50 où des milliers d’agences gouvernementales parano ont pris le pouvoir et disent protéger le monde d’une hypothétique invasion extraterrestre.

Entre Brazil de Terry Gilliam, 1984 de George Orwell, Le Festin Nu de W. Burrough, les polars en noir & blanc, les romans déjantés de Philip K. Dick et les inventions loufoques des années atomiques, Europole propose aux lecteurs un voyage décalé dans l’une des plus grandes conurbations du monde : la titanopole européenne. C’est une immense ville de béton, de verre, d’usines et de technopoles puants, d’autoroutes géantes, de voitures métallisées volantes mais aussi de taudis, de vieilles demeures abandonnées et hantées.

Europole couvre une bonne partie du Vieux Continent où les stations de métro sont Paris, Berlin ou Rome, où le photofluide transmet les images des morts à leurs proches et où des résistants, conduits par Jean Moulin, essayent de recouvrer un peu de liberté même si cela passe par des actions terroristes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :